#10 – Vieux arbres et vieux cailloux

24 Octobre – Evoramonte – P.N. de l’Arrabida – Lisbonne

Trajet

Avec Carnac, Brocéliande, Obélix, et moults tumulus de partout, on pensait un peu que notre Bretagne était championne toute catégorie des sites mégalithiques et autres pierres debout. « On a pas de chaleur, mais on a des pierres. » (Merlin L.E., 5è siècle).

Bon, bah après la visite du Cromlech Des Almendres, on est un peu obligé de faire profil bas. Non seulement le site est recouvert de monolithes, mais certains ont même des gravures datant du Néolithique.

Le site est perdu au milieu de forêts de chêne liège. On y accède par des pistes poussiéreuses, sur lesquelles il faut rouler doucement (pour ne pas casser le camion high-tech loué un bras d’enfant).

Ces forêts de chêne-liège sont fascinantes. Les chênes sont numérotés : le chiffre correspond à l’année où la récolte a été faite, car celle-ci n’a lieu que tous les 9 ans.

Le liège est récolté à hauteur d’homme, parce que « au dessus c’est chiant, faut grimper sur des trucs » (retranscription approximative de ce que nous avons compris).

Ça fait presque mal à regarder, ce rouge rappelle les écorchés. Un arbre écorché. Ecorché et numéroté.

Nous voulions la chaleur, nous l’avons. Pas tellement d’air dans les terres, alors que le vent nous a accompagnés tant que nous longions la côte. Notre pause de midi dans un restaurant à proximité ne fait que renforcer ce sentiment d’écrasante chaleur : nous avons l’impression d’arriver dans une hacienda mexicaine, agrumiers, cactus et fontaine à l’entrée du jardin. (enfin les gros clichés que j’ai en tête grâce aux séries américaines sur les cartels de la drogue me donnent cette impression)

Depuis plusieurs jours, je suis intriguée, sur toutes les cartes, la soupe apparaît. Elle semble être un plat incontournable. Je décide donc, de manière incompréhensible, que ce jour où il fait 35° et que je fonds, je prendrais une soupe (chaude) comme repas.

Annoncé : poisson, coriandre, citron vert.

Non annoncé, mais également en quantité non négligeable : beaucoup de pain, et beaucoup d’huile. Eh bin… eh bin c’était très très bon. On est bien bien loin de la soupe de légumes déprimante et frugale, c’est sûr!


IMG_0231

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s