#3 – Ceux qui observaient les migrations

Vendredi 20 Octobre – Placensia – Séville – Tavira

Vendredi20Camping La Chopera (quelle classe ce nom prédestiné pour un voyage de noces) – Placensia, Espagne – 8h –

La nuit nous aura fait recharger nos batteries, à Jules, à moi et à l’appareil photo-qui-fait-des-vidéos. Ce dernier est donc étrenné dès le réveil. Un réveil en fanfare, d’ailleurs. Sauf que, là où j’attendais du grillon et de la cigale, j’ai de l’oiseau. (C’est donc là qu’ils vont en automne, les petits filous!).

Mes connaissances en ornithologie étant dramatiquement limitées, vous n’aurez pas plus que « les oiseaux » pour décrire l’espèce qui aura fait office de réveil-matin, sachez néanmoins qu’ils étaient une multitude. Tiens, écoute :


Autre espèce qui, visiblement, entame sa migration en automne vers le Portugal : le retraité français camping-cariste. Et justement ce matin, nous avons eu l’occasion d’en observer deux fort beaux spécimens.

Je sors de ma douche (prise dans les sanitaires du camping, hop autant d’eau économisée dans le camion), et m’aperçois que j’ai sali le sol tout propre (des sanitaires) en sortant de la douche avec mes tongues pleines de terre (et selon l’équation apprise la veille : agua + tierra = barro). Je vais donc à l’extérieur, à côté du coin « vaisselle et linge à la mano » récupérer un balai-serpillière que j’ai repéré. Un couple est en train de faire la vaisselle. Ou, plus exactement, une femme est en train de faire la vaisselle, et un homme bedonnant, en robe de chambre mi-courte, avec une fin dégueulasse de cigare mâchouillé dans le bec, surveille les opérations.

La femme m’interpelle, visiblement au bord de la crise de nerfs, en français :

« Vous avez eu de l’eau chaude, vous? »

_ Moi et ma sociabilité sur-développée, encore plus à 7h30, et encore plus alors que je suis surprise d’être interpellée en français et déjà en train de me demander pourquoi et comment elle a pu savoir que je suis française, à moins qu’elle nous ait entendu/repéré (berk), à moins qu’elle soit tellement en mode gros con de touriste que du coup elle s’adresse à tout le monde dans sa langue maternelle sans faire aucun effort, ou alors… AH OUI MERDE, IL FAUT REPONDRE : « ah mais non, il n’y a pas d’arrivée d’eau chaude pour la vaisselle ».

_ Nan, mais je veux dire, pour votre douche?

_ Euh bin j’ai du attendre un peu (5 min) et jouer avec les robinets (une galère sans nom, j’ai été successivement ébouillantée et glacée… mais en camping, c’est le jeu ma pauvre Lucette), mais oui, oui, au final, j’ai eu de l’eau chaude.

_ Ah bon. Parce que pas moi, et vraiment, oui, toussa, c’est inadmissible, toussa, bla bla bla, quand on voit ce qu’on voit, qu’on entend ce qu’on entend bin on a raison de penser ce qu’on pense.

_ Moi, au lieu de fuir, me rappelant des mésaventures dans des campings allemands avec des jetons pour avoir de l’eau chaude : Oh mais vous savez ça dépend un peu des campings, non?

_ Ah bin non, hein, tous ceux où on est allés avant, ils sont pas comme ça, c’est inadmissible, etc, ad libitum. »

_ Moi : Phrase polie pour pas avoir l’air de s’enfuir. » Puis fuite.

En sécurité dans le camion, je raconte ma mésaventure à Jules (C’est dingue, ai-je l’air si… française?).

Il me coupe :

« Un couple?

_ Oui!

_ Avec la nana qui fait la vaisselle, et le mec en robe de chambre et cigare qui regarde?

_ Moui!

_ Ah bah je les ai croisés à la vaisselle. Ils vont en Algarve, en camping car, et ils en ont marre de payer des impôts en France, toussa »

(J’adore quand les pièces du puzzle forment un tableau tellement cohérent.)

« Et ce matin, j’ai croisé le mec avec sa robe de chambre et son cigare qui essayait d’aller dignement vider sa valise à caca. Je pense que maintenant tous les mecs que je vais croiser en train de tirer un truc à roulette, je vais superposer l’image de la valise à caca. »

Je pense que c’est le moment de faire un « Petit aparté poétique sur La Valise à Caca ».

Les camping car sont équipés de WC chimiques, et depuis la tente sur le terrain de camping de mon grand-père en 1984, avec araignées et WC chimiques dedans (ceux qui ont connu en gardent un souvenir ému, hum), on dirait qu’il y a eu du progrès.

En gros, c’est intégré dans le camion, on passe par l’extérieur, on ouvre une trappe, on sort ce qui, il faut bien le dire, ressemble à une petite valise ou un gros attaché-case, avec poignée téléscopique et roulettes, pour aller à la zone de vidange de valise à caca, où, on vide le truc, et ce qui en sort est bleu/vert et ne pue pas (en tous cas, ne pue pas le caca).

Tu l’as?

Bon bah maintenant imagine un monsieur un peu comme ça, qui tire « dignement » (le mot clé est dignité) cette valise que TOUT LE MONDE sait pertinemment ce qu’elle contient.

38178-full

Le bleu/vert c’est du à la petite dose d’un produit bleu qu’on met dedans, et vu comment un bouchon te dissout du PQ en 30 min de temps, je ne comprends pas qu’on ne nous l’ait pas fait manipuler avec des gants mapa triple épaisseur et un masque.

Je ne sais pas comment on fera dans notre futur camion qu’on aura peut être bientôt, mais j’aimerais vraiment bien qu’on trouve une autre solution (d’ailleurs si un lecteur a une solution pour gérer des toilettes sèches en voyage, je prends!).

Sinon, une partie de moi se dit que c’est quand même assez satisfaisant de voir des gens qui ne se préoccupent habituellement a priori (je sais, c’est un a priori moisi, je devrais leur laisser le bénéfice du doute) absolument pas de leurs déchets et de leur gestion d’eau potable, forcés de gérer eux mêmes leurs productions. Ça doit bien faire des connexions neuronales quelque part, ça rend concret l’enjeu de « qu’est ce que ça devient une fois qu’on a consommé/produit des déchets ».

Le temps de se dire que dis donc, on aimerait vraiment recroiser ces gens si sympathiques et intéressants en Algarve (qui est aussi notre destination, donc), c’est ballot, on aurait du prendre leur numéro, et nous voilà partis, parce que bon, c’est pas tout ça, mais ça fait 3 jours qu’on roule, et on est toujours pas au Portugal, nom d’un petit bonhomme!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s