13# Celle qui s’était crue chez Mickey

26 Octobre – Sintra – Peniche

Capture

9h30 – Après une nuit sur un terrain un peu penché (dommage pour celui qui est le plus bas dans la pente…), nous décollons pour, paraît-il, la ville de conte de fées, pleine de châteaux colorés et de donjons de princesses.

10h – Ne doutant de rien, nous y entrons avec le camion. Alors, Sintra est surtout une merveilleuse petite ville de MINUSCULES RUELLES, à sens unique. L’énervement monte, je panique à chaque virage, Jules s’énerve, tous les deux n’avons qu’un seul mot en tête : « caution ». Après des kilomètres avant de réussir à juste trouver un endroit pour faire demi-tour, après plus d’une heure à se coincer et se décoincer, nous ressortons de Sintra et tentons de trouver un parking à l’entrée de la ville. Nous le trouvons. Il est plein. On est en passe de lâcher l’affaire, quand, sur le départ, nous passons devant la gare et un parking. Je jette un oeil au guide de voyage (« ah tiens, il dit qu’il ne faut pas tenter d’entrer dans la ville en voiture ». « Ah tiens, il dit qu’en train, ça se fait 5 min pour 3 euros »)

11h45 – Après quelques péripéties liées à l’achat de nos tickets (que en liquide qu’on a plus, que à tel guichet qui n’est pas ouvert), nous roulons enfin direction Sintra!

Nous allons visiter le Quinta da Regaleira. Comment décrire cet endroit? C’est complètement surréaliste. Pour la petite histoire, au début du siècle, un mec blindé et farfelu rachète un choupinou palais avec jardin et chapelle. Bon, jusque là, rien que de normal. Mais après, le gars, il ressort une autre blinde pour payer un paysagiste – ingénieur en lui demandant de faire, en gros, un parc disneyland avant l’heure avec un gros mélange de tout ce qu’il kiffe. (En fait, on dirait mes enfants.) Il y a des références à la mythologie grecque, au cosmos, au paradis judéochrétien, bref un bon gros gloubiboulga néospiritualiste (le mec aurait trop du vivre les 70’s sous LSD, il aurait kiffé).

Tunnels, escaliers secrets, cascades, puits initiatique que vous ne verrez ni en vidéo ni en photo, parce que j’avais beaucoup le vertige dedans… Personnellement, j’ai pas boudé mon plaisir.

 

Ensuite, magique repas, entouré de français, comme d’hab’. (Clairement plus de français que de portugais autour de nous lors de ce voyage)

Et on décolle vers la vraie destination spiritualo-initiatique de ce voyage, pour Jules en tous cas, Peniche et Nazaré, le paradis des vagues et des surfeurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s