Evaluation de l’empreinte carbone semaine 1

L’année 2018 aura été un peu compliquée et hypra merdique en terme d’empreinte carbone. On ne s’autoflagelle pas, on ne peut pas tout faire, notre énergie était mise ailleurs. Ce n’était pas agréable pour autant! Heureusement l’aménagement dans Fritez Ruz et le déblocage de situations merdiques fin 2018 nous auront bien allégés, et on repart donc de plus belle!

Le défi qui nous attend pour 2019 est de réussir à faire coïncider nos valeurs et velléités écologiques… avec l’urgence de vivre de la quarantaine qui passe, et l’égoïsme qui va avec.

Début 2019, on fait l’acquisition d’un camion pour voyager, pas du tout écolo. Même en faisant super gaffe partout ailleurs, on a beau le prendre dans tous les sens, l’idée de base, c’est de cramer du gasoil. Unique possibilité pour rester dans nos clous : compenser. Mais pour compenser, il faut commencer par évaluer.

Ma méthodologie reste du bricolage, je n’ai pas été vérifier chacun des calculs derrière ces sites (en fin d’article) et les propres limites méthodos de ceux-ci… L’idée était de sortir des ordres de grandeur pour comparer les postes entre eux, et un ordre de grandeur toujours pour compenser.

Je suis sûre de sous-évaluer, mais je n’ai pas trouvé comment intégrer l’empreinte carbone de nos déchets recyclables et non recyclables, ni de l’eau consommée. Ces deux points, importants malgré tout!, feront donc l’objet d’indicateurs à part entière, pour le suivi, mais non convertis en CO2eq. Les kg de déchets resteront des kg, et les m3 d’eau des m3. Et puis, bon, vlà le boulot et le temps passé si tu rentres dans les détails…

Voici donc l’évaluation de notre empreinte carbone pour la première semaine de l’année. Il n’y a pas mon indicateur eau (je n’avais pas relevé la compteur au départ) ni déchet (difficile à peser parce qu’on ne dépose pas les poubelles toujours les mêmes jours…je vais ptet plutôt faire un scan visuel des poubelles, elles passent une fois/semaine, ça donnera une idée du volume). On atteint 0.39 TCo2eq, ce qui fait une moyenne de 20 TCO2/ an, ce qui semble être le double de la moyenne des français, je pense donc que mes méthodes de calcul ou les postes intégrés dans le calcul ne sont pas du tout les mêmes. Les options de notre mode de vie sont plutôt écologiques comparées aux gens autour de nous. Je mets en bas de l’article les liens qui ont servi à mes calculs.

Les sites de compensation carbone nous proposent de compenser ce chiffre à hauteur de 11.82 euros. Ce qui nous amène si on reste sur la même moyenne, à un budget compensation de l’ordre de 50 balles par mois. C’est un budget, certes, mais enfin, c’est pas la mer à boire non plus… c’est ce qu’on a gagné mensuellement en changeant d’opérateur internet (iiiiik, l’entubage…).

Ah bin on voulait des ordres de grandeur, on les a. Edifiant, non?

  • 40% de notre empreinte carbone vient de notre fric. Et c’est encore plus édifiant quand on découpe cette somme : 20% correspondent à nos 20 k€ d’épargne déposés sur un livret développement durable, difficile de faire mieux d’après le site qui évalue l’impact, mais bon, on aura bientôt moins d’épargne :D. 20% correspondent à notre compte courant, qui fluctue entre -500 et 2500 euros selon la période du mois. Seul moyen de baisser cette empreinte, passer à la nef (qui ne propose pas de compte courant), ou, un peu moins bien, mais mieux que notre banque dans la moyenne, au crédit coopératif. Sauf que dans le Finistère, la seule agence est à Quimper. Voilà, voilà.
  • Les trajets en voiture ont été limités cette semaine de vacances, 300 km, ce qui n’est pas énorme… quelques petits trajets, et un aller -retour à Quimper. Mais ça fait déjà presque un quart de notre empreinte. Ça donne une indication pour nos road trips en pagaille :/
  • Les courses de bouffe sont pour 5 pour une semaine, assez peu de viande, mais ça permet de constater qu’il y a des rapports d’un ordre 1000 entre les aliments… genre Boeuf > Produits laitiers/Porc> Légumes hors saison qui viennent de loin > Poulet > Riz > Légumes de saison bio locaux….
  • Le stockage web est pas terrible, je me fade donc le nettoyage de ma boîte mail qui a 10 ans, et dont je ne peux supprimer les mails que 50 par 50 (ouin).
  • Et bon… du coup les injonctions de type « c’est pas Versailles », « changez vos ampoules pour des ampoules basse conso » : ah, ah, ah. Si tu veux avoir un impact, tu déménages de façon à moins prendre ta voiture, tu deviens végétarien et tu files pas ton pognon à des gens qui vont soigneusement l’utiliser pour financer de la merde. Pas les options les plus simples, mais visiblement, ce sont les plus efficaces! Nous avons chauffé toute la semaine, puisque nous étions en vacances.. de Noël. Nous avons une chaudière à gaz à condensation, et 85 m2 à chauffer.

Ressources :

Pour calculer l’empreinte carbone des trajets : ICI . La page propose aussi des compensations. Pour mes trajets en tram, le site internet de Bibus Brest les calcule, j’ai repris leur chiffre.

Pour calculer l’empreinte carbone des courses : ICI

Pour calculer l’empreinte carbone des mails, je me suis basée sur 10gCO2eq/mail stocké/an

Pour l’élec, j’ai pris la valeur moyenne du mix énergétique français.

Pour l’empreinte carbone de notre argent, c’est ce site.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s