La construction "écolo" (entendre intelligente et économe, de sous et de planète!)

J’aime bien le terme Econologie…
Préserver, ses sous et la planète c’est d’abord ne pas les consommer.
Toute une partie de la démarche en construction va viser à diminuer tout d’abord les besoins en énergie de la maison.

Vous avez dit relativité?
Déjà, pas la peine d’enculer des mouches, y’a pas vraiment photo sur là où il faut mettre l’énergie et l’investissement : j’ai fait ce petit calcul il y a quelques temps, alors que je voulais estimer le gain réel à passer aux ampoules basse conso :

Une maison classique de 100 m2 avec un éclairage « classique » (j’ai compté une ampoule 75W ds la cuisine 1h/jour, 2 ampoules 75W dans le salon 3h/jour, etc…) avec des ampoules à 2€, renouvelées tous les 2.5 ans, au tarif edf normal qui augmenterait de 2% par an, va consommer SUR 5 ANS 234 euros en éclairage pour 287 kWh/an et la maison basse conso SUR 5  ANS 38 euros pour 82.25 kWh/an.

Si je reprends mes chiffres, le poste éclairage d’une maison de 100 m2 c’est donc 0,4 à 3 kWh/m2/an.

Voici les postes chauffage selon les maisons :
– maison ancienne très mal isolée ça peut grimper jusque 200 à 300 kWh/m2/an
– une maison neuve aujourd’hui (RT 2005, réglementation actuelle) = 87.5 kWh/m2/an
– une maison passive (=RT2012, cherchez pas trop en France, ça court pas les rues, les maisons neuves qui dépassent la norme RT2005) = 15 kWh/m2/an

Et je ne parle que du poste chauffage, qui dans la majorité des maisons aujourd’hui est le poste principal.

Donc aller mettre des ampoules basses conso dans une maison de 1910 avec un mur en gruyère, c’est jouer sur au mieux 1% de sa consommation énergétique. Hum.

Au cours des épluchages des divers devis de constructeurs que j’ai vu passer, j’ai pu constater un poste isolation en moyenne de 2000 euros.
Cherchez l’erreur.

Avec 10 KE du budget isolation, vous avez une isolation renforcée, et en admettant que grâce à elle vous atteignez le standard 2012 au lieu de la RT2005, vous économisez (87.5-15) * 100 = 7250 kWh/an de chauffage sur une maison de 100m2, au tarif EDF actuel par exemple ça fait une économie de 1182 euros/an. En 5 ans, si jamais le tarif EDF n’évolue pas (uhuhuhuhuh), votre investissement est rentabilisé.

Bon bin sûr tout ça c’est de la théorie, mais vous voyez l’idée.

Ne mettre que 2000 euros en isolation dans une maison au budget total de 113 KE, c’est 2% du prix total!!! C’est une aberration.

Maison passive ou maison bioclimatique…
Deux écoles s’opposent de façon totalement incompatible selon certains, se complètent selon d’autres (dont moi).
Y’a l’école maison passive : on isole ++++ pour limiter les déperditions de chaleur/fraîcheur, on rend la maison étanche à l’air, puis on ventile la maison de façon assistée (on ferme donc les fenêtres au maximum). La problématique des habitants est d’abord souvent (c’est ce que j’ai constaté, très empirique, donc) une problématique thermique.

Et l’école maison bioclimatique : on suit les saisons, on suit la course du soleil, la maison « respire », on profite au maximum des apports solaires, qu’il faut ensuite stocker, ou on s’en protège. La maison est « vivante » , quelquepart. Ici la problématique est plutôt écologique et d’un certain côté, assez spirituelle, en fait.

Deux paramètres importants à retenir et évaluer : l’isolation et l’inertie.
Tous deux dépendants de la nature des matériaux que vous allez employer.

A vous de voir selon :
– la région où vous habitez, son climat et son micro climat, et donc VOTRE TERRAIN (vents dominants, ensoleillement). A Brest, je vais bien évidemment pas construire une maison pour haute montagne, avec hivers rudes et été étouffants…

– Vos habitudes de vie. Quand vivez vous dans votre maison : toute la journée, le soir et le matin? Qu’aimez vous? La fraîcheur? Les fenêtres grandes ouvertes sur le jardin? Les soirées fraîches? Les soirées ensoleillées? Le soleil au réveil? la vue?
Vivez vous à 17°, 20°, 24°?
Dites vous bien que c’est VOTRE maison, c’est à elle de s’adapter à votre façon de vivre et pas l’inverse, comme on veut nous le faire croire!!

Construisant une maison ossature bois, par nature peu inertielle, nous nous sommes beaucoup posé la question de l’intérêt d’ajouter ou non de l’inertie à notre maison (en y mettant un poêle de masse, un mur de brique, une dalle béton plutôt que bois etc..).
Et en fait non.
Nous ne vivons pas en « déphasage ». Nous n’avons pas de soirées trop chaudes (ça n’existe pas ici :D) donc le faitq ue le soleil ait tapé tout l’aprèsm sur les baies au Sud ne pose pas de souci de surchauffe…
Nous vivons le soir et le matin dans la maison. Le soir, on rentre, on fait du feu, il faut que la chaleur arrive immédiatement. La nuit il ne fait jamais très froid, et moi perso je n’aime pas quand il fait trop chaud pour dormir. Donc il faut que la chaleur de la flambée soit retombée pour le moment du coucher.
On n’imagine pas vivre dans une maison, sur notre jardin sans que les baies soient ouvertes au printemps et en été.
Donc finalement, nous avons besoin de peu d’inertie dans notre mode de vie…

On hésite juste encore entre poêle à granulés pour programmer un petit feu le matin, et poêle à bois, juste pour des questions de rapport au matériau et d’esthétique (une belle flambée, des potes et une guitare… qu’est ce qu’il y a de mieux??).

Passons à la pratique
– Les quelques principes de base qu’il faut avoir en tête, et qui pour la plupart ne coûtent pas trop cher…:

– Partez du terrain pour construire votre maison, c’est une combianaison.

– Orientez la maison. Orientez les pièces, pièces de vie au Sud, zones tampons peu ou pas chauffées au Nord. Les chambres sont à placer selon les sensibilités de chacun.

– Isolez la maison par là où elle se refroidit : façade Nord à tous les coups, et selon les régions et les vents dominants, ouest ou Est.
Isoler, ça peut être  =
1. ne pas mettre de vitrage. Sachez qu’un vitrage au Nord a de toute façon un rendement négatif. (économies à la construction)
2. renforcer l’isolation sélectivement par façades (avec notre budget nous n’isolons par l’extérieur que les façades Nord et Ouest. (investissement à la construction)
3. Utiliser la végétation comme écran pour les soleils d’été ou pare vent… (Notre façade Est est protégée par un grand talus) (pas de conséquence sur le budget)

– Faites la chasse aux ponts thermiques. Privilégiez l’isolation extérieure, quand c’est possible.

– Réfléchissez vos matériaux, selon la combinaison inertie/isolation que vous voulez avoir.
En général quelquechose qui est « lourd » (terre cru, parpaings, béton) est inertiel, et les cloisons ou matériaux dits « légers » (bois) le sont peu.
En construction bois, réfléchissez à la nature de vos isolants, ils peuvent aider à jouer sur le « déphasage » (= délai entre le moment ou la chaleur arrive sur le matériau et le moment où il le transmet)

Et puis dans les basiques pour vivre économe :
– privilégier la consommation locale (plus que la consommation BIO qui n’est , rappelons-le, qu’un label avec tout ce que ça comporte de biais.
– économiser l’eau : prendre des douches, mettre des bouteilles d’eau dans la chasse (moi je suis pas prête pour les toilettes sèches :D), utiliser une carafe filtrante et boire l’eau du robinet, récupérer l’eau de pluie pour arroser le jardin,
– et prendre son courage à deux mains et privilégier les déplacements à pied.. ou en transports en commun (qui de toute façon ont un bel avenir vu le prix de l’essence uuuuuh)

Voilà pour le moment c’est pas exhaustif, je viendrais probablement réalimenter cette page…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s